La vie après la Shoah

Réalisateur : Francis Gillery - Durée : 52' - Date : 2009

Consulter le livret accompagnant le dvd.

Ce film, qui s’inscrit clairement dans l’histoire de l’après Shoah, pose la question du retour à la vie ordinaire des survivants juifs, la reconstruction personnelle, la refondation d’une famille, l’accomplissement dans une vie professionnelle, sur la résilience (concept de Boris Cyrulnik), mais aussi sur le ressentiment et la vengeance.
Comment exister de nouveau dans le monde convalescent de l’après-guerre où l’horreur de la Shoah ne fait pas encore partie des préoccupations des populations épargnées par le conflit, ni de celles des dirigeants des pays alliés ? Des dirigeants qui donnaient à croire qu’ils découvraient l’holocauste.
La France, pourtant terre d’accueil des juifs,  ne se départira pas spontanément d’un fond d’antisémitisme qui enfermera un peu plus les revenants des camps dans leur mutisme, et ce jusqu’à une période relativement récente.
Il en est de même en Israël où il faudra attendre le procès Eichmann et ses vertus pédagogiques, comme le dit Serge Klarsfeld, pour que se produise une véritable prise de conscience et que la parole se libère.
Ainsi, la libération des camps ne doit pas être confondue avec la fin du cauchemar des déportés. Les camps et ce qu’ils y ont vu et y ont vécu hante toujours leurs pensées et pèse aujourd’hui sur leur vieillesse en se transmettant en héritage à leurs enfants.
Mais la douleur provoquée par ce grand malheur fut prolongée, pour un nombre significatif de déportés juifs, avec bien autre chose qu’un retour à une vie apaisée dans un pays d’accueil.
Souvent la vie sera dure et la mort encore au rendez-vous.
On s’attachera à rappeler ici des épisodes douloureux, et souvent oubliés, tels que l’impossible retour des Polonais dans leurs foyers, les massacres décrits jadis par Marc Hillel, la vie précaire et parfois interminable dans les camps de personnes déplacées, les évasions, l’immigration freinée des juifs vers les Etats-Unis et vers la Palestine ainsi que les expéditions clandestines vers le futur Israël.
Des spécialistes apporteront leurs connaissances issues de leurs recherches sur la condition des juifs de l’après Shoah. Un contrepoint nécessaire dans un film qui fera la part belle aux témoignages désormais de plus en plus rares des survivants, souvent enfants au moment du drame.
Des témoignages de chair et de sang recueillis avant que l’âge ne les emporte à leur tour et que la parole ne soit laissée définitivement aux historiens justement.

A propos de la collection sur la Shoah :

La Collection sur la Shoah est née du désir du Groupe AB de réaliser deux documentaires sur le sujet avec une question centrale : à l’heure où s’éteignent les derniers survivants des camps de la mort, y a–t-il un point de cette histoire tragique, soixante ans plus tard et malgré tous les travaux historiques et audiovisuels qui lui ont été consacrés, qui resterait inconnu ?
Pour répondre à cette question, Ugoprod s’est attaché les services de Serge Klarsfeld qui est ainsi devenu le conseiller historique de cette collection.

LA PRESSE EN PARLE

Télérama – 11 septembre 2010 – Vincent Arquillière

Extraits de l’article : « Pour les survivants de la Shoah, la fin de la guerre n’a pas été la fin des problèmes, mais le début d’un autre problème : comment redevenir vivant dans une société dont on avait été chassé ? Ces mots du Neurologues Boris Cyrulnik, qui a échappé à une raffle à l’âge de 6 ans, résument bien le propos de ce remarquable documentaire, dont il est l’un des nombreux témoins… »  «Il faudrait inventer un vocabulaire pour raconter l’horreur, affirme un ancien déporté ; pouvant difficilement partager cette expérience indicible avec ceux qui ne l’avaient pas vécue, la plupart s’enfermèrent dans le mutisme…et tentèrent de reprendre malgré tout une vie normale.» « … en 1948, crise du logement ablige, les immeubles du camp d’internement de Drancy sont redevenus une cité d’habitation bon marché… La longueur de La vie après la Shoah permet de traiter le sujet avec la précision et la profondeur qu’il exige… »

Mentions légales Conception : Agence Com'Par, +33 (0)1 42 50 47 64 - Crédits